Le géant de l’informatique lève le voile sur un ordinateur d’un genre nouveau.

Va-t-on bientôt jeter nos souris à la poubelle ? C’est en tout cas ce que laisse imaginer Microsoft en dévoilant son système « Surface ». Un nom des plus adéquats puisque le nouvel ordinateur de la firme de Redmond ressemble, à première vue, à une table basse de salon. Mais en lieu et place du plateau de bois, c’est un écran tactile de 30 pouces de diagonale.

Ecran tactile « multi-touch »

Mais rien de commun avec celui des guichets automatiques SNCF. Cette « Surface » peut interpréter non pas un mais une dizaine de points de contact, grâce à 5 caméras infrarouges situées dans le corps de l’appareil. Ce système, appelée « multi-touch », était à l'étude chez Microsoft depuis plusieurs années sous d'étranges noms de code, et est également présent sur le futur iPhone d’Apple.

Il permet à plusieurs personnes assemblées autour de cette « table » de la manipuler en même temps. Il devient possible de déplacer ou de déformer, avec ses doigts, tous les documents informatiques classiques, pour travailler ou pour jouer, seul ou à plusieurs.

Microsoft ne dévoile rien sur ce qui remplacera le clavier, mais Apple a eu l’occasion de présenter un clavier virtuel dont les touches apparaissent à l’écran.

Mieux : la « Surface » semble pouvoir reconnaître une multitude d’appareils électroniques. Trois amis se retrouvent à dîner après leurs vacances respectives. Ils posent leurs appareils photo numériques sur la table. Et aussitôt, les clichés apparaissent sur celle-ci. Ils ne restent qu’à les agrandir en en tirant les coins, ou à les échanger en les poussant vers les autres appareils.

Entre 5.000 et 10.000 dollars

Les utilisations possibles sont innombrables, mais Microsoft semble choisir d’avancer prudemment : la « Surface » dont le prix devrait se situer entre 5.000 et 10.000 dollars, sera d’abord introduite fin 2007 dans les espaces grand-public d’entreprises partenaires, avec pour chacune d’entre elles des applications taillées sur-mesure.

Ainsi, dans les magasins T-Mobile outre-Atlantique, si un client hésite entre deux téléphones portables, il n’aura qu’à les déposer sur la surface pour voir apparaître un comparatif des deux modèles. Dans les hôtels Sheraton, la « Surface » servira aux occupants d’une chambre à choisir la musique mais aussi à passer une commande au room-service.

Le grand public devra donc attendre pour s’offrir un remake des bureaux du film Minority Report. Microsoft estime qu’il faudra trois à cinq ans pour réduire les prix et proposer un modèle un tant soit peu abordable. Tablant sur le fonctionnement très intuitif du système, Tom Gibbons, un des vice-présidents de Microsoft, estime néanmoins que le marché pourrait atteindre plusieurs milliards de dollars. D'ici là, Surface redonne à Microsoft un goût de science-fiction que son baladeur Zune n'avait su éveiller.

Autre vidéo du système Microsoft:



Quelques prototypes concurrents

Le mutli-touch de Jeff Han, fondateur de Perceptive Pixel:

Une partie de Warcraft III sur un prototype Mitsubishi: