Source : TV5.org

Le siege de YAHOO US

Le siège de Yahoo à Sunnyvale
 (Etats-Unis)

Le géant américain des logiciels Microsoft a offert de racheter le groupe internet Yahoo!, numéro deux mondial de la publicité en ligne, en présentant une offre non sollicitée de 44,6 milliards de dollars, pour rivaliser avec le leader mondial Google.

Microsoft indique dans un communiqué avoir envoyé jeudi une lettre présentant son offre au conseil d'administration de Yahoo!, qui s'est borné à répondre vendredi matin qu'il "examinerait très attentivement cette offre".

Le groupe créé par Bill Gates, qui domine le monde des micro-ordinateurs mondiaux avec ses logiciels Windows et Office, mais n'est qu'un lilliputien dans la publicité en ligne, justifie son offre par le fait que ce marché "croît à un rythme très rapide et passera de 40 milliards de dollars en 2007 à 80 milliards en 2010".

Il laisse entendre qu'un mariage des deux groupes rivaliserait avec Google, mais le marché réagissait surtout à l'importance du prix offert, l'action Microsoft baissant de 3% dans les échanges électroniques d'avant bourse.

"Aujourd'hui, ce marché est de plus en plus dominé par un acteur. Ensemble, Microsoft et Yahoo! peuvent offrir un choix concurrentiel tout en répondant mieux aux besoins des clients et des partenaires", déclare Microsoft dans son communiqué.

Google encaisse environ un tiers des recettes mondiales de publicité en ligne, loin devant Yahoo! qui en récolte moins de 15%. Microsoft est loin derrière.

Microsoft a proposé un rachat à la fois en cash et en actions, équivalent à 31 dollars par actions Yahoo!, une offre supérieure de 62% au cours de Bourse de Yahoo! jeudi soir.

Cette offre a fait s'envoler le titre Yahoo! de 53% dans les échanges électroniques d'avant l'ouverture de la Bourse de New York, à 29,45 dollars vers 13H00 GMT, signe que les marchés y croient.

Microsoft estime qu'il pourra faire des économies de coûts d'un milliard de dollars par an en cas de fusion et pense possible de finaliser le rachat au cours du deuxième semestre 2008. Le groupe pense également pouvoir recevoir les autorisations nécessaires des autorités de régulation.

Microsoft a aussi révélé avoir déjà essayé en vain de racheter le groupe fin 2006-début 2007. Yahoo! avait alors répondu que "ce n'était pas le bon moment", en raison du "potentiel de hausse" du groupe.

"Une année a passé, et la situation concurrentielle n'a pas changé", lance Microsoft sans détours.

Une allusion aux déboires de Yahoo!, qui s'est fait de plus en plus distancer par Google, et qui malgré le retour aux commandes de son fondateur Jerry Yang cet été, a vu son action chuter de plus de 20% en Bourse de puis novembre. Encore mardi, il a annoncé des résultats en baisse.

Microsoft propose une rencontre "dès que possible", et menace d'en appeler aux actionnaires de Yahoo! en cas de refus: "selon votre réponse, Microsoft se réserve le droit de prendre toutes les mesures pour que les actionnaires de Yahoo! aient l'opportunité de réaliser la valeur de notre proposition".

Les analystes estiment que Microsoft, qui tire plus plus de 80% de ses recettes de la vente de ses logiciels, cherche par tous les moyens à se diversifier. Car il risque en effet d'être à terme concurrencé par des logiciels gratuits sur l'internet, comme ceux lancés par Google ces derniers mois.

Récemment, lors d'un déplacement en Europe, le PDG Steve Ballmer avait surpris en affirmant que dans les prochaines années, Microsoft voulait réaliser 25% de son chiffre d'affaires dans la publicité en ligne.

Une alliance entre Microsoft et Yahoo! les rapprocherait sérieusement de Google. __ Selon des estimations du cabinet e-Marketer en mai dernier, à eux deux, ils auraient représenté en 2007 environ 4,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires publicitaire en ligne aux Etats-Unis (3,6 milliards pour Yahoo!, 1,3 milliard pour Microsoft), contre 6,2 milliards pour Google, hors commissions aux sites partenaires.__